Videos streaming images jeux et buzz
Connexion






Perdu le mot de passe ?

Inscrivez-vous maintenant !
Menu Principal
Communauté




Lefthemic
Un peu de lecture : une histoire courte, plus ou moins épique...
 1  #1
Je viens d'arriver
Inscrit: 11/08/2016 10:19
Post(s): 10
Bon, comme dans l'ensemble mes potes ont apprécié, je me suis dit que ça serait dommage de pas la poster quelque part.
Alors comme je suis fidèle visiteur du site depuis bientôt dix ans, je me disais que c'était l'occasion de participer un peu au contenu...





Deuxième Lecture:

L'arène


Dans l'arène, plus un bruit. On retient son souffle. Il est là, quelque part.
Il se fait attendre.
Un son grave. Les oreilles se tendent. Une plainte profonde, sourde d'abord, puis plus ample.
C'est lui, c'est sûr, il approche. On soupire de soulagement. Le vrombissement se fait de plus
en plus fort, se transforme en rugissement, puis cesse soudainement.
S'est-il résigné ?
Non ! Les grandes portes commencent à s'ouvrir. Une ombre semble se mouvoir dans les
ténèbres, à moins que ce ne soient les ténèbres toutes entières qui se déplacent. La liesse
s'empare du public.
Les portes ne sont pas entièrement ouvertes que déjà il apparaît, colossal, titanesque. Plus que
des cris, ce sont des hurlements désormais. L'hystérie est totale.
Sa stature dépasse l'entendement, il détruit tout sur son passage. Les portes se fissurent puis
craquent. Des briques s'envolent.
Fier et ruisselant, il avance son corps nu, musculeux. Il savoure l'instant, c'est bien lui qu'on
attendait.
Mais en un éclair le doute s'empare de lui. Il espérait prendre un appui dans l'arène mais il ne
rencontre que le vide. Un piège ! Est-ce trop tard pour reculer ? Sans doute, mais il faut
essayer. Il n'a plus le choix.
Horreur ! On le pousse ? Non, ce sont les murs qui se rapprochent à une vitesse folle,
empêchant toute retraite. Puis ce sont les portes partiellement détruites qui se referment
violemment.
Le choc est brutal. Il vient de perdre une partie de son corps et la douleur est telle qu'il en perd
presque connaissance. Il ne réalise pas qu'il est en train de chuter.
Son corps nu fend l'air frais. Ses muscles se tendent et il retrouve ses esprits dans un frisson
glacial. Il avait vu juste. Un piège. Une illusion.
Vu la hauteur, il ne tarderait pas à s'écraser au sol, disloqué, et à rendre son dernier soupir. Il
espérait réussir comme beaucoup de ses ancêtres à laisser une trace derrière lui. Une trace de
son passage sur terre. Même infime.
Avait-il suffisamment marqué les esprits ? Il en doutait, mais il n'avait plus le choix. Il fallait
laisser faire le destin.
Là où il pensait toucher le sol, ce fut la surface de l'eau qui l'accueillit. Plus clémente, plus
facile à percer, mais sa vitesse était telle qu'il s'enfonça dans les méandres d'un labyrinthe
aquatique et disparut sans un mot. Il n'en reviendrait pas.


Le jeune homme se releva et se retourna pour observer son œuvre, mais ne vit rien qu'une
cuvette vide. Une bribe de déception sembla poindre sur son visage. Il ne saurait jamais
vraiment s'il avait imaginé tout ça ou s'il avait bel et bien réussi un "perfect"...



Note : Si vous n'aviez pas deviné la fin, je ne peux que vous suggérer une seconde lecture.
Rien n'a été laissé au hasard et vous n'aurez pas de mal a trouver toutes les références...
Si la première lecture vous a imprégné d'images relativement épiques, la seconde devrait
les fusionner avec la réalité et le rendu pourrait être intéressant...


Contribution le : 11/08/2016 11:02
Signaler

Garnouille
 0  #2
Je masterise !
Inscrit: 06/05/2014 09:14
Post(s): 2074
Karma: 695
Euh...

Avant toute chose : oui, oui, j'ai compris la blague.

C'est pas mal écrit hein, mais au risque de paraître rabat joie mais je ne trouve pas ça tordant.

Mais n'hésite pas à partager d'autres écrits (change le titre et créé un topic où tout le monde met ses textes ?) !

Je t'invite aussi à te présenter dans le club privé 😉

Contribution le : 11/08/2016 11:17
_________________
Alpablaise, M0rbidAngel, Warlo, Iksvihii, Kevsler, Jeremyone, TheDaftDev, Grandasse, TheFox, Nogguy, Takarun, OzzyO, Xéwa, SuperStal : Tombés au combat.
Signaler

Lefthemic
 0  #3
Je viens d'arriver
Inscrit: 11/08/2016 10:19
Post(s): 10
Tu as raison, evidemment ça n'est pas fait pour être "tordant", et je me rend compte que mon préambule créait peut-être une attente trop importante avec les termes "faire rire", j'ai changé en "apprécier" qui me paraît plus approprié.. On appréciera comme on le sent sans s'attendre a se pisser dessus..

Pour ce qui est du topic, j'ai cherché en effet sur le forum un topic se rapprochant mais sans succès, donc je doute qu'il y ait beaucoup de contributions du genre et pour ma part je n'en ai pas d'autres aussi courtes à partager pour le moment..

Et j'ai été faire un tour dans le coin présentation, merci du conseil.

Contribution le : 11/08/2016 12:50
Signaler

Garnouille
 0  #4
Je masterise !
Inscrit: 06/05/2014 09:14
Post(s): 2074
Karma: 695
J'aimerai bien lire d'autres trucs que tu as écrit (je t'ai dit, j'ai trouvé ça pas mal du tout), et pour le coup, on est plusieurs à écrire et certains on une plume particulièrement graouh ( @petrou )

On peut créer un topic, à l'image du coin des artistes mais où on mettrait un thème par semaine avec comme consigne de faire un texte court. Vous en pensez quoi ? 🙂

Contribution le : 11/08/2016 13:15
_________________
Alpablaise, M0rbidAngel, Warlo, Iksvihii, Kevsler, Jeremyone, TheDaftDev, Grandasse, TheFox, Nogguy, Takarun, OzzyO, Xéwa, SuperStal : Tombés au combat.
Signaler

petrou
 2  #5
Je poste trop
Inscrit: 16/12/2014 16:43
Post(s): 12927
Karma: 6635
@Garnouille : pourquoi pas, ça peut être intéressant.

@Lefthemic : tout est bien tourné, mais du coup le "perfect" est trop explicite.
Certes, il révèle le fin mot de l'histoire mais c'est un terme trop brutal qui vient glacer la subtilité de tout ton texte 🙂

Peut-être qu'une phrase qui dévoile subtilement la chute plutôt que le mot seul aurait plus fait d'effet.

J'ai écrit un truc dans une arène à la manière Georges Perec (c'est marrant j'ai l'impression de l'avoir déjà posté ici) qui s'intitule "Noir de papillons".

L'astuce c'est que ce texte n'utilise que les lettres du titre et il en manque une à chaque vers.
Si l'on extrait la lettre manquante, on obtient le titre en acrostiche :

Citation :
N O I R D E P A P I L L O N S

Lié par le pilori à l’œil des oies, lapidé par le Soleil,
L'aède répand sa pensée païenne, raille le dédain des niais.
Son propos érode l'ordre : on le pendra !
Appollon, "lépido-ailé", se posa à ses pieds.
L'inopinée liaison apaisa le prisonnier.
L'adonis l'aida à saisir sa paranoïa.
Dès lors, l'aède réalise le sens de son délire ;
Loin de son spleen, il se disperse en ions éoliens.
Son eldorado réside dans les airs ; il sillonne le Soleil.
Après son rodéo, le réel reprend les rênes...
Reprise des espoirs, des désespoirs : pardon, prison, pendaison ?
Pindare possédé par sa noire poésie, son propre poison,
Risée des dadais, il s'adressa à ses pairs dans l'arène :
"Laisse périr l'aède ! L'air sera alors assailli de "lépido-ailés"!"
L'onde diaprée inonda la plaine : le Réel idéal irradié par l'idée de l'Irréel.

Contribution le : 11/08/2016 23:27
_________________
Signaler

Insert
 0  #6
J'aime glander ici
Inscrit: 06/07/2010 18:11
Post(s): 7721
Karma: 2193
@petrou

Putain.
La claque.
j'ai pas de mots plus littéraire, désolé

Contribution le : 12/08/2016 02:01
_________________

_______________________En repensant au temps où j'avais le temps de venir ici...
Signaler

Alex333
 0  #7
Rayon de Soleil
Inscrit: 07/07/2008 12:56
Post(s): 26199
Karma: 13487
Citation :

@petrou a écrit:
J'ai écrit un truc dans une arène à la manière Georges Perec (c'est marrant j'ai l'impression de l'avoir déjà posté ici) qui s'intitule "Noir de papillons".

L'astuce c'est que ce texte n'utilise que les lettres du titre et il en manque une à chaque vers.
Si l'on extrait la lettre manquante, on obtient le titre en acrostiche :

Citation :
N O I R D E P A P I L L O N S

Lié par le pilori à l’œil des oies, lapidé par le Soleil,
L'aède répand sa pensée païenne, raille le dédain des niais.
Son propos érode l'ordre : on le pendra !
Appollon, "lépido-ailé", se posa à ses pieds.
L'inopinée liaison apaisa le prisonnier.
L'adonis l'aida à saisir sa paranoïa.
Dès lors, l'aède réalise le sens de son délire ;
Loin de son spleen, il se disperse en ions éoliens.
Son eldorado réside dans les airs ; il sillonne le Soleil.
Après son rodéo, le réel reprend les rênes...
Reprise des espoirs, des désespoirs : pardon, prison, pendaison ?
Pindare possédé par sa noire poésie, son propre poison,
Risée des dadais, il s'adressa à ses pairs dans l'arène :
"Laisse périr l'aède ! L'air sera alors assailli de "lépido-ailés"!"
L'onde diaprée inonda la plaine : le Réel idéal irradié par l'idée de l'Irréel.


Excellent. Marrant ces constructions ludiques littéraires ! 🙂 J'en redemande !

Contribution le : 12/08/2016 10:41
_________________
Wiki Koreus : membres, index, historique, aide
Signaler

petrou
 2  #8
Je poste trop
Inscrit: 16/12/2014 16:43
Post(s): 12927
Karma: 6635
@Alex333 : il y avait un courant littéraire spécialiste de la chose qui s'appelait l'OuLiPo (Ouvroir de Littératue Potentielle).
En gros c'était des matheux des mots.
Georges Pérec excellait en la matière.
C'est lui qui a écrit la disparition (300 pages sans la lettre e), les revenentes (l'inverse avec le e comme seule voyelle utilisée) ou encore le grand palindrome (un palindrome de 1247 mots).

Si tu aimes ce genre de jeu, j'ai également écrit un texte "miroir" : il s'agit d'un miroir de sonorités.
Disons que si on le lit lentement d'un ton monocorde, c'est le même. Mais il diffère visuellement puisque ce ne sont pas les mêmes mots qui sont utilisés.

L'original :

Comparez-vous ce limpide – l’art – vers rimé et ferme, et la prose terne ?
Et vous, devant moi, Hein !!?
Sectes et rangs d’encéphales aux cratères béants, vous tentez, sans sagesse, l’art un beau matin.
Le si élégant gandin est raillé par les mots.
Haha ! Nullité ! Ris, fier ahuri, nanti mis débile sur selle hippique :
tu scribouilles en te figurant poète, toi léger trouvère ?
Adieu monceau d’ancêtres en silicone !
Dix vies ne seront pas assez, piètres écrivains, pour réparer le mal...


Et son reflet :

Cons, parez-vous, seuls impies, de la rêverie mais fermez- là !
Prosternez-vous devant moi, insectes errants.
Dansez phallocrates ! Herbes et envoûtante essence ?
Ah... J’ai cela ! ... « Rimbaud m’atteint.
Le ciel est gangue en daim, Héra y est, parle, et moi à nu, lis, terrifié, rat urinant, timide et bileux, sur ses lippes :
ictus, cris, bouillante figue en peau étoilée.
J’ai trouvé radieux mon saut dans cette transe »...
Si l’icône divine ne se rompt pas, à ses pieds tes
cris vains pourraient parer le mal.


En fait, il y a une toute petite coquille (imperfection) pile poil sur l'expression qui convient à celui qui use mal de sa plume...

Have fun !

Contribution le : 12/08/2016 20:06
_________________
Signaler

Lefthemic
 0  #9
Je viens d'arriver
Inscrit: 11/08/2016 10:19
Post(s): 10
Oh wow c'est énorme !
j'aime énormément l'idée du miroir, je crois que je m'y essayerai un jour, mais il y a clairement un autre niveau là...
Pour ta proposition @Garnouille, il y a quelques temps, ou dans quelques temps je t'aurais bien dit oui mais je ne suis pas assez disponible pour le moment..

Contribution le : 22/08/2016 10:30
Signaler

Invité
 0  #10
FantômeInvité
@petrou,

Bravo ! :coeur:

Contribution le : 29/08/2016 20:50
Signaler


 Haut   Précédent   Suivant






Si vous êtes l'auteur d'un élément de ce site, vous pouvez si vous le souhaitez, le modifier ou le supprimer
Merci de me contacter par mail. Déclaré à la CNIL N°1031721.