Videos streaming images jeux et buzz
Connexion






Perdu le mot de passe ?

Inscrivez-vous maintenant !
Menu Principal
Communauté


« 1 ... 138 139 140 (141) 142 »


vivaberthaga
 0  #2801
Je suis accro
Inscrit: 21/04/2015 14:41
Post(s): 1479
Karma: 1513
Juste une petite question aux initiés. J'ai remarqué depuis quelques temps un glissement sémantique dans les infos. On parle désormais de nombre de patients en soins "critiques" là où on parlait il y a encore peu de patient en réanimation. Quelle en est la raison?

Contribution le : 11/04 22:10:50
Signaler

Ubbos
 1  #2802
Je suis accro
Inscrit: 11/12/2015 23:22
Post(s): 1091
Karma: 753
Il s'agit d'une nouvelle terminologie par Santé publique France :
"Le terme «réanimation», utilisé auparavant pour regrouper l’ensemble des services de soins critiques, est désormaisremplacé par «soins critiques», ce qui permet de différencierle service de réanimation proprement dit des autres services appartenant à cet ensemble (comme les soins intensifs ou les soins continus)."

Trouvable ici Santé publique
Dans "Point épidémiologique COVID-10 du 18 mars..." à la page 28.

Contribution le : 12/04 10:28:14
Signaler

21210
 1  #2803
Je masterise !
Inscrit: 23/08/2015 20:17
Post(s): 4917
Karma: 2759
Le Chili, pourtant troisième pays le plus vacciné après Israël et la Grande-Bretagne vient de décider un confinement dur après un record de contamination et d'hospitalisation chez les jeunes. Le pays compte désormais plus de personnes en soins intensifs ayant moins de 39 ans que plus.

https://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-sud/infographies-malgre-une-vaccination-massive-le-chili-submerge-par-le-covid_2148676.html

Contribution le : 12/04 19:17:23
Signaler

Truth
 1  #2804
Je masterise !
Inscrit: 29/08/2012 18:21
Post(s): 3160
Citation :

@21210 a écrit:
Le Chili, pourtant troisième pays le plus vacciné après Israël et la Grande-Bretagne vient de décider un confinement dur après un record de contamination et d'hospitalisation chez les jeunes. Le pays compte désormais plus de personnes en soins intensifs ayant moins de 39 ans que plus.

https://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-sud/infographies-malgre-une-vaccination-massive-le-chili-submerge-par-le-covid_2148676.html


Pour relativiser l'information :

la moitiée n'ont reçu qu'une dose sur les deux et ils indiquent qu'avec une seule dose, le taux de protection est de 3% ... Donc pas choquant que les cas continuent. C'est d'ailleurs du pauvre journalisme de parler de pays "3eme pays le plus vacciné du monde"

Les moins de 39 ans représentent 58% de la population avec 10.8M d'individus quand les +70ans représentent 8% de la population avec 1.4M d'individus.
Source : https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMPagePyramide/CHL/2018/?

Partant du postulat que les premiers vaccinés ainsi que les premiers ayant eu la double doses sont les personnels soignant et les personnes agées, que les premiers morts dans la vague 1 sont plutôt des personnes de plus de 70 ans il semble logique que le nombre d'hospitalisation de personne de moins de 39 ans soit superieur à ceux de plus de 70 ans.

Il y a ensuite le paramètre "place" à prendre en compte. Est-ce que parce qu'il y a de la place ils acceptent en hospitalisation aussi des cas moins grave qu'on aurait pas pris il y a 1 an et qui sont de l'exces de zèle ?

Difficile de se faire un avis sur la question en ne se basant que sur l'article.

Contribution le : 13/04 13:26:10
Signaler

AymericCaron
 0  #2805
Je suis accro
Inscrit: 23/06/2020 17:11
Post(s): 911
Karma: 419

" COVID long " : point sur la littérature et expérience à l’IHU

Intéressant et un peu inquiétant... surtout l’hypothèse neurodégénérative !

Contribution le : 17/04 09:23:49
Signaler

Skwatek
 1  #2806
Je poste trop
Inscrit: 26/11/2005 17:41
Post(s): 44093
Karma: 20705

L'intégralité de l'interview de Didier Raoult sur BFMTV

Contribution le : 17/04 22:47:26
_________________
.
Penser le Rien n'est jamais penser à rien.
Signaler

AymericCaron
 1  #2807
Je suis accro
Inscrit: 23/06/2020 17:11
Post(s): 911
Karma: 419
Il est bon mon Didier !!!

Pas facile de ne pas se laisser avoir par la perfidie des journalistes...

"Je suis un vrai scientifique je suis prêt à me contredire"
"Ça c'est un aveu"
"Je suis un sceptique, donc je doute"
"Donc vous doutez"
"Tout le temps"
"Ce n'est pas l'image que vous renvoyez, vous jouez un personnage, vous avez subitement envie d'être sincère avec moi."
"Non, non, j'ai toujours été sincère"
"Désolé je vous ai coupé revenons à ..."

L'enfoiré de journaliste qui a voulu lui recoller une étiquette de scientifique borné. Il ne le laisse même pas finir...

Contribution le : 18/04 15:18:03
Signaler

vivaberthaga
 0  #2808
Je suis accro
Inscrit: 21/04/2015 14:41
Post(s): 1479
Karma: 1513
@AymericCaron Merci du résumé, la source de la vidéo déclenchant chez moi une sorte d'avast interne, je n'ai pas pu cliquer sur play...
Quant au terme journaliste, dans ces médias, précisons qu'il est plus en rapport avec un statut administratif qu'avec Albert Londres.

Contribution le : 18/04 15:54:20
Signaler

vivaberthaga
 0  #2809
Je suis accro
Inscrit: 21/04/2015 14:41
Post(s): 1479
Karma: 1513
Quelqu'un aurait des nouvelles des conséquences du carnaval de Marseille?

edit : nan parce que même le DGA de l'ARS PACA ne va pas dans ce sens...

Sébastien de Beaumont, le directeur général adjoint de l’ARS PACA nous l'a expliqué.

"On était tous inquiet mais on ne peut pas rattacher cela à un cluster. Il y a très peu de chances pour que l'on rattache les cas positifs à ce carnaval".

Contribution le : 19/04 10:43:51
Signaler

21210
 0  #2810
Je masterise !
Inscrit: 23/08/2015 20:17
Post(s): 4917
Karma: 2759
Citation :

@vivaberthaga a écrit:
Quelqu'un aurait des nouvelles des conséquences du carnaval de Marseille?




La courbe évolue différemment dans les départements limitrophes ce que implique une raison endogène à cette forte progression même s'il est indéniable qu'il y a une dynamique nationale.

Contribution le : 19/04 11:27:28
Signaler

Avaruus
 1  #2811
Pavé César
Inscrit: 10/02/2018 18:13
Post(s): 9608
Karma: 8810
Citation :
🔥 Des dizaines de millions de personnes dans le monde souffrent d'un COVID long et il semblerait que ses conséquences soient plus graves que prévues.

Certains symptômes débilitants les empêchent de travailler ou de mener une vie normale. Beaucoup de ceux qui étaient éligibles ont demandé à bénéficier d'une pension d'invalidité, tandis que les scientifiques, déconcertés, tentent de déterminer la cause et la gravité des symptômes.

Les dernières recherches sont alarmantes. Une étude publiée dans la revue Nature montrent que les personnes atteintes de COVID long courent un risque beaucoup plus élevé de mourir dans les mois suivant l'infection.

Les données ont montré que les survivants avaient un risque accru de 59 % de mourir dans les six mois après avoir contracté le COVID, ont rapporté les chercheurs jeudi dans la revue. Cette surmortalité se traduit par environ 8 décès supplémentaires pour 1 000 patients. Cela aggrave le bilan caché de la pandémie, alors qu'il est de plus en plus reconnu que de nombreux patients doivent être réadmis, et que certains meurent, des semaines après la disparition de l'infection virale.

"Lorsque nous examinons la phase aiguë, nous ne voyons que la partie émergée de l'iceberg", a déclaré Ziyad Al-Aly, chef du service de recherche et de développement du centre médical VA de Saint-Louis, dans le Missouri, qui a dirigé l'étude et s'est entretenu avec Bloomberg dans une interview. "Nous commençons à voir un peu sous cet iceberg, et c'est vraiment alarmant".

Al-Aly et ses collègues ont documenté la cascade de symptômes débilitants qui frappent les victimes, même des mois après leur diagnostic : caillots sanguins, accidents vasculaires cérébraux, diabète et difficultés respiratoires, mais aussi lésions cardiaques, hépatiques et rénales, dépression, anxiété et pertes de mémoire.

Dans le monde, plus de 143 millions de personnes ont été testées positives au COVID-19, et plus de 3 millions sont décédées des suites de la maladie. Quant au nombre de personnes qui deviennent des malades de COVID long, d'autres études l'ont estimé à environ 10 %; mais personne ne le sait vraiment, et les personnes qui décèdent des mois plus tard des suites de la maladie ne sont pas comptabilisées parmi les décès dus au COVID-19.

S'ajoutant à la foule de facteurs de risque, les personnes souffrant de COVID long ont dû faire un usage accru de divers médicaments, notamment des antidépresseurs et des opioïdes. "Nous nous inquiétons des pics potentiels de suicide ou des pics potentiels d'overdose d'opioïdes", a déclaré Al-Aly.

Si l'on considère les chiffres d'un point de vue plus large, les chercheurs ont constaté que les patients atteints du COVID-19 qui ont survécu à une hospitalisation avaient un risque de décès 51 % plus élevé que les 13 997 patients atteints de la grippe qui avaient également été hospitalisés. M. Al-Aly, qui est également professeur adjoint de médecine à la faculté de médecine de l'université de Washington, a déclaré qu'il espérait que cette recherche fournirait une feuille de route pour informer la planification du système de santé et les stratégies de soins afin d'atténuer les problèmes de santé chroniques chez les survivants du COVID-19.


Source

Contribution le : 23/04 13:17:16
Signaler

21210
 0  #2812
Je masterise !
Inscrit: 23/08/2015 20:17
Post(s): 4917
Karma: 2759
Pas terrible terrible cette histoire de Covid-long 😞

Contribution le : 23/04 19:11:50
Signaler

Avaruus
 0  #2813
Pavé César
Inscrit: 10/02/2018 18:13
Post(s): 9608
Karma: 8810
On verra ce que l'avenir nous dira, mais les premières estimations ne sont effectivement pas très bonnes.

Contribution le : 23/04 20:06:44
Signaler

vivaberthaga
 1  #2814
Je suis accro
Inscrit: 21/04/2015 14:41
Post(s): 1479
Karma: 1513
@Avaruus C'est qui le Jean Michel Apeupré qui a rédigé cette prose?

Citation :
...soient plus graves que prévues


Citation :
..tandis que les scientifiques, déconcertés,...

Citation :
Les données ont montré que les survivants avaient un risque accru de 59 % de mourir dans les six mois après avoir contracté le COVID...

Long mais pas trop alors! De quoi meurent ces survivants? Qui sont-ils? (âge, état de santé antérieur, géolocalisation...)

Je me suis arrêté là...

Contribution le : 23/04 20:33:54
Signaler

Ubbos
 1  #2815
Je suis accro
Inscrit: 11/12/2015 23:22
Post(s): 1091
Karma: 753
Vu que je me suis dis que c'était une bonne question, j'ai lu l'article (pas en détail, je n'ai pas regardé la méthodologie, parce qu'il est tard et que je suis crevé).

Ca donne ça ma traduction viteuf de cet article (Nature : High-dimensional characterization of post-acute sequalae of COVID-19

L’étude a été réalisée sur une cohorte de 73 435 personnes, ayant survécu au minimum 30 jours après avoir été diagnostiqué positif au covid, mais n’ayant pas été hospitalisés.
Le groupe contrôle comprenait 4 990 835 individus, n’ayant pas eu le covid et non hospitalisés.
Le suivi moyen pour ces 2 groupes était respectivement en gros entre 126 et 130 jours.
A priori distribution équivalente entre ces 2 groupes (je dis a priori mais là c’est mon anglais qui pêche, jmettrais un * quand jsuis pas sûr).
Au-delà de 30 jours, les survivants ont vu le risque de décès augmenter .
Décès supplémentaires estimés de 8.39 pour 1000 habitant sur une période de 6 mois.
Ceux avec le covid avaient plus de risques de prise en charge hospitalière (outpatient care encounter ?), à une plus grande fréquence.
Ils ont évalué le risque sur 379 diagnostics différents.
Pour chaque problème, ils ont mis au point une cohorte contrôle, ne démontrant aucun signe de ce problème, comme ligne de base.
Problème respiratoires:
Après 6 mois, les patients covid n’ayant pas été hospitalisés, présentaient davantage de troubles respiratoires (failure, insuffisance, arrêt), il y avait également un plus grand recours aux bronchodilatateurs, antitussifs, expectorants, anti asthme et glucocorticoïdes.

Maladie du système nerveux
Davantage de trouble du SN, avec troubles cognitives, trouble du system nerveux et maux de crâne

Trouble mentaux:
Trouble du sommeil, anxiété, troubles anxieux, stress.
Ces resultats étaient couplés avec un usage accru d’analgésiques non opioïdes et opioïdes, antidépresseurs et benzodiazépines

Troubles métaboliques :
Divers troubles métaboliques : métabolisme des lipides, diabètes (mellitus* ?) et obésité.
Egalement un usage accru d’antilipémique ( ?), hypoglycémiants, d’insuline, un excès de cholestérol LDP, total, triglycérides

Bien être général pauvre (dans le texte)
Bien être en baisse, avec malaise, fatigue, troubles musculaires, musculosqueletique, anémie. Ces diagnostics étaient couplés avec des analyses labo.

Condition cardiovasculaire :
Davantage de troubles CV, incluant hypertension, dysrythmie, circulatoires, douleurs dans la poitrine, athérosclérose et crise cardiaque.
Egalement un plus grand usage de ß-bloquants, de bloqueurs des canaux calciques, d’antiarrhythmiques (et 2-3 autres médocs mais la flemme de chercher la traduction pour la peine ou leur emploi).

Système gastrointestinal :
Trouble œsophagien, gastrointestinal, abdominal.
Tout ça couplé avec un emploi accu de laxatifs, antiémétiques, d’antagonistes à l’histamine, d’antiacides et d’agents antidiarrhéique.

Autre séquelle :
Embolie pulmonaire paroxystique (acute ?), emploi d’anticoagulants, problème de peau, arthralgie, arthrite, infections (urinaire)

Comparaison avec la grippe saisonnière :
Cette fois comparaison entre une cohorte de patients covid survivants, ayant été hospitalisés cette fois, avec une cohorte de patients hospitalisés en raison de la grippe.

Suivi en gros sur 150 jours
Cohorte COVID hospitalisé : 13 654
Cohorte grippe hospitalisé : 13 997

Au-delà des 30 jours, les survivants covids avaient un risque accru de décéder (28 pour 1000 at 6 mois)
De même, risque accru de prise en charge hospitalière, à une plus grande fréquence.
Les patients COVID présentaient un éventail accru de manifestation pulmonaires et extrapulmonaires, incluant des troubles neurologiques, des troubles cognitifs, troubles mentaux, troubles métaboliques, cardiovasculaire, gastrointestinal, trouble de la coagulation, embolie pulmonaire, autres problème incluant malaise et fatigue, et de l’anémie.

Analyse du risque de problème lié au covid (pre-specified post acute COVID 10 outcomes… tain la syntaxe en anglais me laisse vraiment perplexe parfois) :
Ils ont évalué les risques d’un panel sur une base de problème pré-établie à travers la pries en charge de la phase critique de la maladie (hospitalisé, non hospitalisé, admit en soin intensif) et ont comparé ça au 4 millions évoqués plus haut.
Bon là j’avoue je commence à avoir la flemme, je passe à la discussion.

Dans la discussion, les auteurs mettent en avant les limites de cette étude, à savoir qu’elle ne permet pas de délimiter les conséquences directes et indirectes lié au COVID.
De même, le groupe était majoritairement composé d’homme.
De même, vu que : variants divers / vaccins/ stratégies évoluent, les conséquences à court, moyen et long terme vont aussi changer.

Concernant les groupes, ils sont issus du VHA : Veteran Health Administration, donc les vétérans.

Pour ce qui est de la comparaison COVID non hospitalisé vs non covid non hospitalisé:
L'âge est en moyenne de 60 ans (de 47 à 71 ans) pour les covid et de 66 ans (de 51 à 73) pour les non covid non hospitalisés.
La comparaison COVID hospitalisé vs grippe : l'âge est de 70 (60 à 75 pour les covid; 62 à 77 pour la grippe) et des miettes dans les 2 groupes.


Je ne mets pas les données chiffrées simplement parce que je ne comprends pas leur résultat. Je me doute qu’ils sont significatifs mais j’ai l’habitude des valeurs p, là je crois qu'ils ont mis les chiffres pour un groupe de 1 000 habitants.
Pour les décès c'est page 24 les données (mais pas détaillés, juste le nombre de décès par groupe).

Okay des données détaillées par pathologies associées au covid seraient top, mais j'imagine que traiter toutes ces données a déjà du être un sacré boulot. A priori c'est le premier à faire un truc sur une cohorte pareille sur le long terme.
D'une faut laisser un peu de temps, de 2, yen aura toujours pour venir critiquer la méthodologie, en disant qu'on peut rien prouver.

Contribution le : 24/04 01:40:09
Signaler

Avaruus
 2  #2816
Pavé César
Inscrit: 10/02/2018 18:13
Post(s): 9608
Karma: 8810
Citation :

@vivaberthaga a écrit:
@Avaruus C'est qui le Jean Michel Apeupré qui a rédigé cette prose?

Probablement un cousin à toi, Jean-Michel Jenemerenseignepasavantdecritiquer.

Contribution le : 24/04 08:57:13
Signaler

vivaberthaga
 2  #2817
Je suis accro
Inscrit: 21/04/2015 14:41
Post(s): 1479
Karma: 1513
@Avaruus Merci pour ta recherche généalogique. Mais je persiste, contrairement à mon cousin donc, je suis conscient de ne pas avoir le bagage suffisant pour comprendre toute cette publication de Nature. Il ne me viendra jamais la prétention d'en écrire un "résumé". Encore moins le besoin de dramatiser pour alarmer les lecteurs.
NB : Je ne t'ai à aucun moment critiqué personnellement.

Edit : @Ubbos Toutes mes excuses de pas t'avoir remercié de la lecture et du compte-rendu honnête que tu en as fait. Je la trouve bien plus pertinente et encadrée que celle de l'auteur du papier alarmiste plein d'approximations. Comme tu le dis j'ai l'impression que c'est surtout un début de collecte de données qui servira de base pour des recherches futures. J'ai lu que bien qu'il soit publié maintenant il a été rédigé en janvier et que de ce fait la dimension vaccins n'est pas prise en compte... histoire de rajouter quelques données supplémentaires à compiler!

Contribution le : 24/04 11:23:23
Signaler

Ubbos
 2  #2818
Je suis accro
Inscrit: 11/12/2015 23:22
Post(s): 1091
Karma: 753
Ben @vivaberthaga, après comme je le disais, je trouvais ta question intéressante, d'où ma lecture.

C'est surtout pour apporter des précisions sur l'imprécision (haha) que tu soulevais.

La compilation de données de plus de 4 millions de patients à comparer à quelques dizaines de milliers atteints du covid, sur un ensemble de 380 diagnostics différents, sur une période de 120 jours, ça fait un sacré gros paquet de données à traiter, d'où un traitement différentiel, je n'ose pas imaginer la masse de travail que ça représenterait.

Je pense que l'utilité de ce travail sera justement de servir de base pour des médecins/chercheurs, en se focalisant sur un diagnositc/ groupe lié de pathologie, pour en établir quelque chose de plus précis.

Cela dit, il ne faut pas évacuer leur résultat d'un revers de main, je pense que c'est ce qu'Avaruus te reproche (j'imagine, je ne peux pas parler pour lui ^^) c'est plutôt du défrichage à ce stade, pas une volonté délibérée d'être vague, pour foutre les jetons.

Et comme je le dis, je n'ai pas lu la méthodologie, mais je l'ai survolé, et ... ça serait juste imbitable s'ils avaient eu le courage (la folie?) d'ensuite effectuer une analyse plus détaillée), à mon avis.

Edit: merde j'oubliais, vu que c'est internet: je ne suis pas médecin et n'ai pas la prétention d'avoir le bagage nécessaire pour comprendre tout ça, mais j'aime bien lire, donc si j'ai mal traduit un truc, jump in.

Contribution le : 24/04 12:46:21
Signaler

AymericCaron
 3  #2819
Je suis accro
Inscrit: 23/06/2020 17:11
Post(s): 911
Karma: 419

Contribution le : 24/04 18:45:11
Signaler

Avaruus
 0  #2820
Pavé César
Inscrit: 10/02/2018 18:13
Post(s): 9608
Karma: 8810
@vivaberthaga
Je sais bien que ce n'était pas personnel, mais ton message est un peu lassant :
- ça fait plus de 100 pages que cette source est évoquée,
- ça fait plus de 100 pages qu'on admet que, en effet, elle a une tendance à la dramatisation un peu chiante,
- mais ça fait aussi plus d'1 an qu'elle annonce des trucs qui, globalement, ne sont pas des mensonges.

Et ça fait plusieurs fois qu'on explique que la personne derrière cette source n'a pas la prétention de savoir ce qui va se passer dans le futur ni de fournir des articles spécialisés sur le Covid, mais a la prétention de faire passer des infos qui, selon elles, tardent trop à gagner les médias ou alors sont fraîchement sorties de groupes de travail officiels (gouvernements, OMS, etc).

Voilà pourquoi j'ai été un peu revêche dans ma réponse. Si tu avais pris le temps de lire un peu plus de cette source, et de revenir un peu en arrière dans le sujet (que tu suis depuis un moment en plus), tu aurais peut-être évité cette remarque.


Donc pour résumer encore une fois : cette source a pour volonté de faire passer des infos qui ne sont pas traitées par les médias, ou des infos toutes fraîches (car elle a manifestement des sources dans les organes officiels et les gouvernements). Elle ne veut pas créer la panique, mais transmettre des infos bien réelles, même si elle a en effet tendance à apporter les infos de manière trop dramatique. Enfin, cette source n'a pas pour vocation de donner des infos trop détaillées : elle a pour vocation de donner des infos avec quelques détails comme des titres d'articles, des noms de chercheurs, etc pour que les citoyens que nous sommes aillent se renseigner plus en profondeur.

Personnellement, j'ai vérifié à plusieurs reprises certaines infos qu'elle donnait, et à chaque fois les infos se sont révélées parfaitement véridiques. Et d'ailleurs, même en enlevant le vernis un peu dramatique qu'elle ajoute, je me suis rendu compte que parfois, les chercheurs eux-mêmes expliquaient dans leurs rapports la gravité/dangerosité de ce qui pouvait découler de leurs conclusions. Donc en fait, son "vernis dramatique" est, régulièrement, le reflet des mises en gardes des chercheurs.

Contribution le : 24/04 19:36:09
Signaler


 Haut   Précédent   Suivant
« 1 ... 138 139 140 (141) 142 »






Si vous êtes l'auteur d'un élément de ce site, vous pouvez si vous le souhaitez, le modifier ou le supprimer
Merci de me contacter par mail. Déclaré à la CNIL N°1031721.